0

Le dossier complet sur les zones de Mists of pandaria.

Le nouveau continent de la Pandarie donne accès à 7 nouvelles zones ainsi qu'une nouvelle zone de départ pour les Pandaren sur une île en autarcie dans Azeroth. Les paysages sont plutôt d'inspiration orienté sur le thème Asiatique, une nouvelle capitale abrite la Pandarie pour chaque faction.

Le nouveau continent et zones de Pandarie :

Comme l’Outreterre ou le Norfendre, la Pandarie est un nouveau continent à part entière. Contrairement à Cataclysm où les zones sont disséminées dans tout Azeroth, les 7 nouvelles zones de la Pandarie de World of Warcraft : Mists of Pandaria sont regroupées sur ce même continent.

Les paysages sont d’inspirations plutôt orienté asiatique, La Pandarie disposera d'un Hôtel des Ventes, des banques, des maîtres de professions ou de classes. Les joueurs ne seront donc pas contraints à retourner à Hurlevent/Orgrimmar pour l'instant.

Il y'a 7 nouvelles zones avec l'arrivée de Mists of Pandaria dont la nouvelle zone de départ des Pandarens :

  • Ile Vagabonde (Niv 1 - 10)
  • Forêt de jade (Niv 85 - 86)
  • Vallée des Quatre vents (Niv 86 -87)
  • Etendues sauvages de Krasarang (Niv 86 - 87)
  • Sommet Kun-lai (Niv 87 - 88)
  • Désert de Tanglong (Niv 88 - 89)
  • Terres de l'angoisse (Niv 89 - 90)
  • Vallée de l'éternel printemps (Niv 90)

L'Ile Vagabonde (Zone de départ des Pandarens)

L'île vagabonde (Zone de départ) (Source)

Séparée de la Pandarie pendant des siècles, l’île Vagabonde vogue dans les océans d’Azeroth. Lorsque son climat change brusquement et qu’elle commence à décrire une dangereuse spirale autour du Maelström, les anciens du temple des Cinq matins demandent l’aide de quatre esprits élémentaires pour éclairer ce mystère. Les héros doivent découvrir la cause de la maladie de la terre avant que l’île tout entière ne soit engloutie dans les abysses !

Vidéos

Screenshots

La forêt de jade (Niv. 85 - 86)

La forêt de jade (Niveau 85 - 86)

La Pandarie est une terre majestueuse et baignée de mystère et d’intrigue. Longtemps, elle est restée cachée par les brumes, presque vierge. Jusqu’à aujourd’hui… Pour que vous puissiez découvrir ce nouveau continent, nous avons sorti les appareils photo et pris quelques clichés de quelques-uns des endroits les plus intéressants et des paysages les plus magnifiques. Nous avons aussi pris le temps de discuter avec le concepteur des régions, pour leur demander quels étaient les endroits à voir, les histoires à connaître, et les créatures qu’il fallait chercher à rencontrer ou, au contraire, à éviter.

Concepteur de quête: Helen Cheng

Q : Peux-tu citer trois endroits que les joueurs ne doivent pas manquer lors de leur premier voyage dans la région ?

R : Il y a beaucoup à voir en Pandarie, mais l’un des endroits majeurs est le cœur du Serpent. C’est une statue gigantesque au milieu de la région, sur laquelle les maçons pandarens travaillent depuis presque un siècle. Mais ils commencent à manquer de jade, et les mines situées au nord sont envahies par des monstres. Les ennuis ne vont pas tarder à arriver.

Sur la côte, à l’est, se trouve le temple du Serpent de jade. C’est là que vit Yu’lon, le Serpent de jade, qui est l’un des gardiens célestes de la Pandarie. Elle est l’esprit de la sagesse, mais représente aussi le printemps, la jeunesse, la croissance et la subsistance. Les joueurs auront l’occasion de la rencontrer en personne.

La forêt de Jade est aussi la première région où l’Alliance et la Horde débarquent en Pandarie. Les troupes de l’Alliance arrivent au sud-ouest et se lancent à la recherche du prince Anduin Wrynn, récemment disparu lors d’une bataille navale. Pendant ce temps, la Horde débarque sur les rives du nord. Dans les deux cas, le conflit qui fait rage partout ailleurs dans le monde atteint la Pandarie, et les deux camps vont commencer à s’affronter à la seconde où leurs bottes en fouleront le sol. Cette tension que subissent l’Alliance et la Horde, qui cherchent à explorer un nouveau monde tout en menant une guerre, aiguille une bonne partie des évènements dans la forêt de Jade.

Q : Donc du point de vue scénaristique, la forêt de Jade est une région assez importante ?

R : Complètement ! Toute la tension et l’animosité profondément ancrée en ces personnages explose sur les rives d’une terre qui vit relativement en paix depuis longtemps. Les conséquences de la bataille de la forêt de Jade se font sentir sur tout le continent.

C’est aussi là que se trouve le premier donjon de Pandarie : le temple du Serpent de jade dont je parlais plus haut. Si vous explorez toute la région, vous pourrez visiter le donjon et interagir avec ses habitants tant qu’ils vivent en paix. Et quand tout commence à aller mal, vous devrez y retourner et tenter de réparer les dégâts causés par l’affrontement entre l’Alliance et la Horde. Vous en apprendrez beaucoup sur le peuple pandaren, et avec un peu de chance le Serpent de jade en personne vous fera profiter de sa sagesse.

Q : Avec quelles factions et races pourrons-nous interagir ?

R : La Pandarie abrite plusieurs races encore inconnues de la Horde et de l’Alliance. Par exemple, les hozen de la forêt : des singes semi-intelligents avec des tendances violentes. Ce n’est pas un peuple très mature ; en fait, ils sont assez tumultueux et grossiers. Ils finissent par s’allier avec la Horde. (Il y a d’autres tribus hozen dans d’autres régions, mais elles ne sont pas très amicales et ne s’allieront avec personne.)

À l’opposé du spectre, on trouve les jinyu, une race de créatures amphibies, fières et sages. Ils sont raffinés et cultivés. Leurs « eauracles » peuvent écouter le chant de l’eau pour prévoir l’avenir, même si ça n’arrive que rarement. Un sous-groupe de cette race s’alliera avec l’Alliance.

Les joueurs vont aussi rencontrer les mogu pour la première fois. C’est un peuple effrayant, brutal, occupé à piller et à détruire quelques régions de la forêt, ce qui donne une idée de sa nature. Mais ce n’est qu’un aperçu de ce qui viendra plus tard : les mogu ont joué un rôle important dans l’histoire pandarienne, et ce sera à nouveau le cas dans cette extension.

Évidemment, vous ferez aussi la connaissance des pandarens. Imaginez leur surprise quand la Horde et l’Alliance arrivent et commencent à tout casser autour d’elles.

Pour ce qui est des factions, l’ordre du Serpent-nuage est un centre de quêtes quotidiennes accessible au niveau 90. Les membres de l’ordre sont envoyés dans la nature à la recherche d’un œuf de serpent-nuage, puis élèvent leur petit jusqu’à l’âge adulte. Les chevaucheurs dressent et prennent soin de leurs serpents-nuages, qui deviennent leurs montures de guerre. Les joueurs pourront eux aussi choisir leur propre œuf et élever leur serpent, le voir grandir jusqu’à l’âge adulte, et enfin le garder comme monture volante. Devenir exalté auprès de cette faction permet d’accéder à la monte de serpent-nuage, un palier de la compétence de monte indispensable pour chevaucher les serpents de Pandarie.

Il y a beaucoup d’autres choses à voir dans cette région, mais voilà qui devrait vous donner un petit avant-goût des aventures qui vous attendent.

    

    

    

  • 85-86. La première zone de Mists of Pandaria. La seule zone de départ pour Mists of Pandaria.
  • La Horde débute au nord, l’Alliance débute au sud
  • La Horde tentera de se lier d’amitié avec les Jinyu et l’Alliance avec les Hozu.
  • Temple du Serpent de jade : premier donjon 85-86

Vidéos :

Screenshots :

La vallée des Quatre vents (Niv. 86 - 87)

La vallée des Quatre vents

Vous avez exploré les étendues de la forêt de Jade, découvert la majesté du cœur du Serpent, et baigné dans la grandeur du temple du Serpent de jade. Vous avez rencontré les nobles jinyu et les grossiers hozen, et vous avez eu votre première confrontation avec les cruels mogu à la stature d’ogre. Maintenant, vous arrivez à la lisière de la forêt, et c’est une plaine herbeuse et ensoleillée qui s’ouvre devant vous : la vallée des Quatre vents.

Aujourd’hui, nous discutons avec Paul Kubit, concepteur de quêtes, qui nous parle de la vallée des Quatre vents.

Concepteur de quête: Paul Kubit

Q. Peux-tu citer trois endroits que les joueurs ne doivent absolument pas manquer s’ils traversent la zone ?

R. D’abord, je tiens à dire que la vallée des Quatre vents bénéficie des paysages parmi les plus beaux du jeu. Les mots ne lui rendent pas vraiment justice : il suffit de trouver un endroit en hauteur, de choisir une direction et de regarder vers l’horizon. Ou de chercher un coin reculé du monde et d’y découvrir un endroit caché. Vous serez frappé par la beauté de ce que vous verrez. Cela dit, j’ai effectivement quelques coins préférés que je voudrais mettre en avant.

Un des endroits qu’il faut absolument visiter est la brasserie Brune d’Orage. C’est le seul donjon de la zone, mais il ne s’agit pas que d’une simple façade : la brasserie fait partie intégrante de l’histoire de la zone, et vous rentrerez dedans à plus d’une reprise en accomplissant les quêtes de la vallée des Quatre vents. À la brasserie, les temps sont durs, car la plupart des Brune d’Orage qui l’entretiennent sont partis au-delà de la muraille pour aider à combattre les mantides. Tout ça donne un donjon amusant et palpitant, à l’ambiance légère, et certaines des quêtes les plus immersives de tout le jeu.

Ensuite, je ferais une étape au Giron, le grenier à blé de la Pandarie. Son aspect est inspiré des paysages fermiers colorés que l’on peut trouver dans les steppes les plus reculées d’Asie, mais il est couvert de fruits et légumes énormes gorgés des eaux pures et magiques du val de l’Éternel printemps, au nord. J’aime beaucoup le Giron parce qu’il a une ambiance qu’on ne retrouve nulle part ailleurs dans World of Warcraft, et parce qu’on y trouve certaines de nos quêtes quotidiennes les plus intéressantes.

Enfin, j’adore le creux de Paoquan. C’est un fourré dense et brumeux qui offre un contraste frappant avec les plaines ouvertes du reste de la zone, mais aussi un aperçu de ce à quoi la vallée a pu ressembler avant que les pandarens ne commencent à la cultiver il y a si longtemps. Le creux abrite certains des personnages les plus intéressants de la vallée, et propose quelques scènes mémorables. Mais je n’en dirai pas plus… vous allez devoir le découvrir par vous-même.

Q. Que peux-tu nous dire des histoires qui se déroulent dans la vallée des Quatre vents ?

R. La plupart des intrigues de la vallée se déroulent à une échelle plus petite, très locale. On voyage de ferme en ferme, de village en village, et on résout les problèmes des gens. Il n’y a pas de menace planétaire dont il faut sauver le monde, pas de secte ténébreuse secrète à démanteler, pas de mal antique enfoui sous le sol (en tout cas, pas à notre connaissance). Ce sont des thèmes plus légers, qui devraient offrir un contraste agréable avec les histoires plus sombres qui vous attendront ailleurs sur le continent.

Dès que vous posez le pied dans la vallée, vous tomberez sur un nom (voire un visage) familier : Chen Brune d’Orage. C’est la première fois qu’il visite la Pandarie lui aussi, car il a grandi sur l’île Vagabonde, alors il explorera la région en même temps que vous. De plus, il a emmené sa nièce Li Li avec lui, et il la forme à ce qu’il appelle « la voie de l’errant ». Une grande partie des histoires de la vallée des Quatre vents tourne autour de Chen et Li Li et de leurs aventures, leur découverte de leur héritage familial et de ce qu’être un Brune d’Orage signifie vraiment.

La vallée est aussi le point de départ d’une histoire plus vaste, qui vous emmène jusqu’aux étendues sauvages de Krasarang. À la ferme de Pang, à la lisière orientale de la zone, vous rencontrez un groupe de cinq aventuriers : trois pandarens, un hozen et un jinyu, tous fraîchement sortis du monastère de Tian. Ils sont à la recherche du légendaire « maître caché », qui, pensent-ils, peut les aider à poursuivre leur apprentissage. Ils choisissent de se séparer : quatre d’entre eux suivent chacun l’un des quatre vents, et chacun embarque dans une unique aventure sur son chemin. Les joueurs qui les accompagnent les quatre aventuriers dans leurs voyages respectifs assisteront à un évènement spécial, épique, qui offre un beau point final à la découverte des deux zones.

Q. Quelles factions allons-nous rencontrer dans la vallée des Quatre vents ? Que sont les quêtes quotidiennes ?

R. Au centre de la vallée, vous trouverez le village pandaren de Micolline, dans lequel vivent les Laboureurs, la faction fermière de la Pandarie. Il s’agit d’un syndicat de fermiers qui soignent et cultivent la terre, et au niveau 90 vous aurez l’occasion de vous joindre à eux et de tenter de développer votre propre ferme.

Travailler avec les Laboureurs vous donnera accès à une longue suite de quêtes quotidiennes, dans lesquelles vous combattrez les hozen de Kunzen qui détruisent les cultures des paysans, ou les virmens, des créatures ressemblant à des lapins qui creusent des galeries sous leurs fermes. Vous devrez piétiner quelques marmottes, calmer les élans amoureux de certains coqs à coups d’eau froide, et arracher quelques mauvaises herbes qui n’hésiteront pas à se défendre… exactement comme dans une ferme normale, quoi. Les jours passant, vous deviendrez l’ami des habitants de Micolline dans vos efforts pour vous attirer leurs faveurs et décrocher une véritable invitation à devenir membre du syndicat des Laboureurs.

Le plus intéressant est sans doute que la faction des Laboureurs vous donne accès à l’un des nouveaux systèmes de jeu de Mists of Pandaria : la ferme personnelle. Le fermier Yoon, lui aussi nouveau-venu dans la région, vous engage pour l’aider à développer son installation, la ferme Chant du Soleil. Chaque jour, vous plantez des cultures dans ses champs, puis revenez le lendemain pour récolter des fruits et légumes mûrs qui peuvent être utilisés dans des recettes de cuisine ou vendus sur le marché voisin de Micolline. En avançant dans les rangs des Laboureurs, vous gagnerez accès à de nouvelles graines vous permettant de faire pousser vos propres composants d’artisanat (!!), et à d’autres améliorations et extensions sympas pour votre ferme. Il y a même une mascotte à planter.

    

    

    

Voilà qui conclut notre aperçu de la vallée des Quatre vents. La prochaine fois, nous suivrons le vent du sud jusqu’aux luxuriantes étendues sauvages de Krasarang.

Vidéos :

Screenshots :

Etendues sauvages de Krasarang (Niv 86 - 88)

Etendues sauvages de Krasarang

Le long de la côte sud de la Pandarie s’étend une jungle hostile appelée les étendues sauvages de Krasarang. Séparées de la paradisiaque vallée des Quatre vents par une énorme falaise naturelle, le Tranchant du vent, elles sont le théâtre de bien des aventures. Aujourd’hui, nous rencontrons Zach Owens, concepteur de quêtes associé, pour qu’il nous parle des étendues de Krasarang et des noirs secrets qu’elles renferment.

Zach Owens

Q : Peux-tu citer trois de tes endroits préférés, ou que les joueurs ne doivent pas manquer s’ils traversent la zone ?

R : Seulement trois ?! Ce n’est pas facile. Les jungles de Krasarang sont aussi magnifiques que mortelles. Souvent, je me prends à rester planté, le regard perdu dans les arbres à l’affût du moindre mouvement, plongé dans les bruits de la rivière et de la faune. Vos yeux ne mettent jamais longtemps à trouver les signes de ruines ou d’autres choses recouvertes depuis longtemps par la végétation.

D’abord, il y a les ruines de Dojan dans l’est de la zone, un saisissant ensemble architectural abandonné par les funestes mogu à l’apogée de leur pouvoir. Des tribus mogu sont revenues sur les lieux où leurs ancêtres habitaient pour y chercher des reliques et armes laissées là par leur antique empire. C’est depuis ces ruines que les mogu peuvent harceler les marche-soleil taurens de Faille du Tonnerre fraîchement arrivés dans la région, et menacer les Sentinelles elfes de la nuit installées à l’Incursion. Il faudra un véritable héros pour aider la Horde et l’Alliance à éviter de se faire massacrer avant même d’avoir pu prendre leurs marques dans la zone.

En deuxième position de ma liste, il y a l’un de mes bâtiments préférés de toute la Pandarie. Caché au plus profond de la jungle se tient l’immense temple de la Grue rouge. Jadis symbole d’espoir pour tout le continent, le temple est assiégé par le sha du désespoir. Les joueurs auront l’occasion de combattre aux côtés des puissants moines de la Grue rouge et d’un jeune prince humain pour libérer l’Astre vénérable de l’incarnation du désespoir.

Et enfin, pour ceux qui aiment la pêche extrême, le quai des Hameçonneurs est fait pour eux ! Certains des plus grands pêcheurs d’Azeroth se sont frayé un chemin jusqu’à cet endroit perdu au large du cap sud de Krasarang. Ici, les joueurs retrouveront certains visages familiers et de nouvelles légendes de la pêche. Que vous aimiez la pêche ou l’aventure, les deux vous attendent en abondance.

  

Q : Du point de vue scénaristique, quels sont les principaux éléments de la zone ?

R : Dans les étendues sauvages de Krasarang, l’avancée de l’histoire se fait par grandes étapes. Les joueurs qui voyagent de l’est à l’ouest auront l’occasion de s’attaquer au sha du désespoir tout en aidant l’Alliance ou la Horde à se défendre contre les menaces locales. Avec d’autres centres de quêtes plus petits, le déroulement de l’histoire dans la jungle placera les joueurs en position d’agir en tant que héros porteur d’espoir pour toute la région.

Les étendues de Krasarang sont baignées d’histoire, et les profondeurs de la jungle ne dissimulent pas que des animaux sauvages. Le sha du désespoir y est emprisonné depuis des générations. Avant ça, elles furent une prison construite et dirigée par les empereurs mogu ancestraux, qui étaient en guerre contre des monstres qu’ils avaient eux-mêmes créés : les sauroks.

C’est là que le temple de la Grue rouge s’est dressé pendant des milliers d’années comme témoignage de l’espoir du peuple pandaren.

En arrivant, les joueurs constateront que les conséquences peuvent être dramatiques si ce symbole d’espoir vient à faiblir. Les mogu sont de retour sur les lieux de leurs anciennes demeures, à la recherche de magies oubliées et d’armes laissées par leurs ancêtres. Les sauroks s’attaquent à tous ceux qui ne sont pas sur leurs gardes. Les pêcheurs de Marista sont harcelés par les hozen d’Unga Ingou. Même les terrifiants mantides ont été aperçus à l’est de l’Échine du Serpent. Et les moines de la Grue rouge subissent les assauts du sha du désespoir et de ses serviteurs.

  

C’est au milieu de tout ça que de petits groupes de la Horde et de l’Alliance sont arrivés, attirés là par des visions de restauration et de puissance. Contrairement aux troupes avancées de Nazgrim et Taylor dans la forêt de Jade, ces explorateurs sont divisés dans leurs approches et leurs intentions, et auront bien besoin de l’aide des joueurs pour trouver leurs marques moralement.

Dans la zone reprend aussi l’histoire de nos amis moines du monastère de Tian, qui poursuivent leur quête du maître caché. Ken-Ken a suivi le vent de l’est qui l’a mené au guet de Zhu, un village pandaren qui a la lourde tâche de servir de rempart contre les menaces des étendues de Krasarang. Mais les braves guetteurs ont succombé au sha du désespoir, et Ken-Ken ne sait plus comment leur redonner courage.

Sur le chemin du vent du sud, le puissant et impulsif Kang Bâton de Roncier a rencontré les étrangers de la Horde et de l’Alliance. Il a suspendu ses recherches du maître caché pour mettre son imposant bâton au service des nouveaux venus, qui ont bien besoin de son aide pour affronter un malfaisant mogu.

Les étendues sauvages de Krasarang sont une vaste jungle qui renferme bien des secrets. Plus les joueurs l’exploreront, plus ils y trouveront d’histoire et d’aventures.

  

Q : Quelles races et factions y découvrirons-nous ?

R : Krasarang abrite un certain nombre de races que les joueurs auront probablement déjà rencontrées dans la forêt de Jade : les meurtriers pillards sauroks, les violents et dominateurs mogu, et le vampirique sha du désespoir. Les voyageurs trouveront aussi des jinyu près du grand fleuve de la région, et des pirates hozen dans les îles du sud, à Unga Ingou.

Mais c’est surtout dans cette zone que les joueurs auront leur premier vrai contact avec les mantides. Leurs éclaireurs et une avant-garde de l’essaim ont réussi à franchir la grande muraille de l’Échine du Serpent et se rassemblent dans l’ouest de la jungle.

Pour ce qui est des factions, les Astres vénérables et les Hameçonneurs recherchent l’aide de tous les aventuriers de haut niveau prêts à affronter les dangers de la jungle. Dans les îles du sud, des moines de la Grue rouge se mesurent les uns aux autres pour s’attirer le respect et l’approbation de leur Astre. Vous pourrez donc montrer ce que vous valez contre ces fidèles, et peut-être y gagner la considération de la Grue rouge au passage.

Au quai des Hameçonneurs, déjà mentionnés, vous pourrez vous adonner à la pêche extrême ! La faction accueille tous les joueurs désireux de les aider à attraper le plus gros poisson ou à tenir en respect les dangers les plus détestables des lagons. La nage n’est pas trop votre truc ? Aucun problème ! Les pros de la pêche peuvent vous fournir un radeau qui vous tiendra infailliblement au sec… quelque temps tout au moins.

  

Voilà pour les bases des étendues sauvages de Krasarang. La prochaine fois, nous partirons à l’assaut des hauteurs du sommet de Kun-Lai. Préparez votre barda d’alpiniste et vos meilleurs porte-bonheur, car au terme de l’ascension vous attendent des hozen des montagnes, des hordes de yaungols, des yacks à l’hygiène contestable, et même l’incarnation de la colère !

Vidéo :

Screenshots :

Le Sommet Kun-lai (Niv 87 - 88)

Le sommet Kun-Lai

Pour citer Irion, la Pandarie est une terre « d’histoire, de mystère… et de possibles ». Le sommet de Kun-Lai vous propose les trois ! Dans cette série, nous explorons les différentes régions de Pandarie en nous entretenant avec leurs concepteurs. Aujourd’hui, nous avons contacté Dave « Fargo » Kosak, concepteur de quêtes en chef de World of Warcraft, pour parler de la majesté du sommet de Kun-Lai.

Dave "Fargo" Kosak

Q : Peux-tu citer trois endroits que les joueurs ne doivent pas manquer lors de leur premier voyage dans la région ?

R : Difficile de n’en citer que trois ! Kun-Lai est l’une des plus vastes zones de l’extension, et il recouvre d’énormes étendues de terrain. Depuis les steppes des hautes-terres, vous cheminerez vers le plateau d’une immense chaîne montagneuse où vivent de terribles tribus de hozen des montagnes, et qui subit une invasion yaungol. Continuez à gravir les pentes, et vous vous trouverez plongé dans le froid mordant des sommets. Il y a même une petite forêt le long du rivage nord. C’est donc vraiment une région variée.

Mais si je devais faire le guide touristique, il y aurait forcément quelques sites à signaler.

D’abord, entrer dans la zone est une aventure en soi. Vous gravirez l’escalier Dérobé, taillé directement à flanc de montagne au nord de la vallée des Quatre vents. Prenez soin de vous documenter sur l’histoire de cet escalier à un point de repos au tiers de l’ascension, puis arrêtez-vous boire un coup à la taverne dans les Brumes. Vous y êtes presque ! Essayez de ne pas croiser le regard des sauroks albinos en navigant sur une rivière souterraine vers Binan, la plus grande installation pandarène de la zone.

Si vous aimez l’alpinisme, il y a quelques sommets remarquables. Le pic de Kota est connu pour ses baies, ainsi que pour les yétis agressifs qui s’en nourrissent. Certaines rumeurs parlent d’un maître du dressage pandaren qui vivrait près du sommet. (Un petit indice au passage : les rumeurs disent vrai.) Mais même la majesté du pic de Kota pâlit devant celle de son voisin, le mont Sans-Repos, plus haute montagne de tout Azeroth (oui, nous avons mesuré). Je dirais bien que la vue est incroyable, mais vous êtes surtout au-dessus des nuages, là-haut. C’est à couper le souffle. D’après la légende, le dernier empereur pandaren a gravi le sommet pour y chercher la sagesse du Serpent de jade… et vous aurez vos propres raisons de faire l’ascension à votre tour.

Et si je dois me cantonner à seulement trois endroits, alors j’imagine que je ne peux pas omettre le monastère des Pandashan. C’est le quartier général de la seule et unique ligne de défense de la Pandarie, les Pandashan. Le dernier empereur leur a confié un devoir sacré : défendre les terres de l’énergie ténébreuse des sha. C’est aussi eux qui montent la garde sur la muraille de l’Échine du Serpent et protègent le peuple des terrifiants mantides. Il y a beaucoup qui pèse sur leurs épaules, et comme vous pouvez l’imaginer, leur monastère est à la fois une forteresse et un lieu de profond recueillement. Il est perché sur les hauteurs des montagnes, absolument magnifique. Les Pandashan auront besoin de votre aide quand leur monastère sera envahi par les sha. Vous pourrez sans doute marquer quelques points auprès de leur faction si vous pénétrez dans le donjon pour leur prêter main forte.

    

Q : Du point de vue scénaristique, quels sont les principaux éléments de la zone ?

R : Il y en a beaucoup ! Un de nos buts avec Mists of Pandariaétait d’introduire des zones moins linéaires, et Kun-Lai, plus que toute autre, illustre cette volonté. Il s’y passe beaucoup de choses, et il y a beaucoup à explorer et découvrir.

Le sha de la colère s’est échappé de sa prison dans le monastère des Pandashan, et il sème le chaos dans toute la zone. Si vous montez un groupe de raid vous pourrez le renvoyer d’où il vient à coups de hache, mais autrement, vous feriez mieux de l’éviter. Il rend tous les gens du coin complètement fous.

Par exemple, les hozen agressifs qui vivent dans les hautes-terres sont complètement enragés. Les grumelots qui charrient leurs marchandises tout le long de la piste de la Jute se font massacrer, alors si vous avez un peu temps, ils auraient bien besoin de votre aide.

Pendant ce temps, certains évènements dans les terres de l’Angoisse ont chassé les yaungols hors de leur région natale au-delà de la muraille. Après avoir réussi à s’introduire sur les terres des pandarens, ils se sont mis à tout ravager. Leurs bandes de guerriers laissent une traînée de destruction sur leur passage. L’Alliance et la Horde peuvent toutes deux se joindre à la bataille pour en renverser le cours, et au passage pourront s’emparer de quelques villes clés du centre de la zone.

Les trolls zandalari mijotent quelque chose. Ils sont alliés depuis des siècles aux grands méchants de la Pandarie, les mogu. Pour retrouver la trace des Zandalari, il vous faudra pénétrer dans la vallée des Empereurs, un vaste cimetière antique niché dans les montagnes. Votre quête aboutira sur une lutte désespérée pour sauver un village pandaren isolé sur la côte.

Et enfin, la zone abrite un évènement que je considère que le cœur émotionnel de toute l’extension. Le Tigre blanc, l’un des quatre Astres vénérables qui veillent sur la Pandarie, vous attend en son temple, ici sur Kun-Lai. Au temple, un débat fait rage au sujet du cœur sacré de l’empire pandaren : faut-il ou non laisser les autres races mortelles venues d’au-delà les brumes y pénétrer ? Peut-être que vous pourriez aider à faire pencher la balance ?

    

Q : Tu mentionnes toutes sortes de nouvelles factions et races : les yaungols, les mogu, les grumelots. Qui sont-ils ?

R : Depuis le début, notre but était que la Pandarie donne l’impression d’être un endroit nouveau, avec son propre écosystème. Et sur le sommet de Kun-Lai, on trouve bien des cultures qui s’opposent.

Les yaungols sont une branche éloignée de la race taurène qui fut prise au piège en Pandarie quand le continent se détacha au moment de la Fracture, il y a dix mille ans de cela. C’est un peuple fier, qui a voulu conserver son style de vie nomade et a refusé de se plier à l’autorité d’un empereur. Ils ont été forcés de survivre dans les terres hostiles par-delà l’Échine du Serpent, où ils sont en conflit perpétuel avec les mantides. Cette vie les a rendus extrêmement costauds.

À l’opposé du spectre, on trouve les humbles grumelots. Ces petits gars sont marchands, messagers et commerçants depuis l’époque de l’antique empire mogu. Ils sont capables de transporter plusieurs fois leur propre poids. Leur route commerciale principale, la piste de la Jute, est le cordon ombilical du monastère des Pandashan. Quand vous arrivez dans la zone, la piste subit les assauts des pillards hozen des montagnes, et ces gentils petits grumelots ont bien besoin de votre aide. Oh ! Et tant que vous êtes dans le coin, n’oubliez pas de visiter le bazar des grumelots, un marché bouillonnant où l’on trouve notamment l’une des plus luxueuses montures de Pandarie : le yack de la grande expédition.

Ces brutes de mogu ont déjà été mentionnées ailleurs, mais c’est ici à Kun-Lai, où s’étend la vallée des Empereurs, que l’on peut vraiment se plonger dans leur histoire. Il y a des milliers et des milliers d’années, les mogu étaient divisés en tribus et royaumes en conflit les uns avec les autres. Puis est arrivé Lei Shen, le « roi-tonnerre ». Il a distribué des claques jusqu’à ce que tous les mogu se plient à son règne. Puis il est parti à la conquête de toutes les autres races de Pandarie, les a réduites en esclavage, a établi une langue unique et créé le premier empire. C’est Lei Shen qui a lancé la construction de la muraille de l’Échine du Serpent, et c’est probablement lui aussi qui a forgé l’alliance avec les antiques Zandalari. L’empire mogu a été déposé par la révolution pandarène il y a très longtemps, mais si quelqu’un venait à unir les mogu à nouveau… ce ne serait pas beau à voir.

Il y a aussi une faction importante que vous rencontrerez sur Kun-Lai. Les Pandashan ont besoin de votre aide. D’abord, pour repousser l’invasion yaungol et rétablir leur contrôle sur la muraille. Puis ce sera pour purger leur monastère de la malveillance des sha. Quand vous aurez gagné leur confiance, vous pourrez vous retrousser les manches et les aider dans leurs campagnes dans les steppes de Tanglong… ah, mais je m’emballe. C’est une autre zone, ce sera pour un autre jour !

    

    

Vidéos :

Screenshots :

Désert de tanglong (Niv 88 - 89)

Le désert de Tanglong

Aujourd’hui nous sortons des sentiers battus et, pour la première fois depuis le début de notre voyage en Pandarie, nous franchissons la muraille de l’Échine du Serpent pour nous aventurer dans les dangereuses mais furieusement belles collines des steppes de Tanglong. Notre guide est le directeur de la conception des quêtes, Dave « Fargo » Kosak.

Q : Du point de vue scénaristique, que se passe-t-il dans les steppes ?

R : Les évènements des Tanglong suivent directement ce qui s’est passé sur le sommet de Kun-Lai. Si vous suivez les quêtes de Kun-Lai, vous rencontrerez les Pandashan, et en pénétrant dans le donjon vous les aiderez à résoudre la crise qui frappe leur monastère. Là-bas, le seigneur Taran Zhu, chef des Pandashan, a succombé au sha de la haine. L’intervention au monastère est un moment important pour Taran Zhu : elle lui permet de voir enfin ce que l’Alliance et la Horde peuvent apporter à la Pandarie, et les joueurs y auront gagné un allié fidèle.

L’histoire continue à partir de ce point. Dans les steppes de Tanglong, Taran Zhu est sur les traces de son adversaire, le sha de la haine, qui a ravagé la zone sur son passage. Vous pourrez chevaucher aux côtés de l’avant-garde pandashan, mais leur route sera longue. C’est aussi dans les steppes que vivent les yaungols, qui sont encore sur le sentier de la guerre. Pendant ce temps, les mantides pénètrent dans la région par le sud. Le temple sacré de Niuzao est assiégé, et une secte de mogu essaie de créer son propre demi-dieu maléfique sur une île au large des côtes.

Voilà qui fait beaucoup, même pour les puissants Pandashan. Heureusement que vous êtes là.

    

Q : Peux-tu citer trois de tes endroits préférés, ou que les joueurs ne doivent pas manquer s’ils traversent la zone ?

R : Comme partout en Pandarie, il y a beaucoup à digérer. Une visite des steppes serait incomplète sans un pèlerinage au plus fervent des sanctuaires pandarens, le temple de Niuzao. Niuzao est le nom officiel du Buffle noir, l’un des quatre Astres vénérables qui veillent sur la Pandarie, et il incarne la fortitude pour le peuple pandaren. Un bonus au passage : c’est aussi là que sont vos intendants des emblèmes de justice et de vaillance, donc quelque chose me dit que vous aurez envie d’y faire un tour. De plus, tous les quelques jours, les gardiens du temple pourraient avoir besoin de votre aide pour des quêtes quotidiennes.

Je vous conseille aussi d’aller voir la garnison des Pandashan sur la côte ouest. Il s’agit du camp principal des Pandashan en campagne. Une fois révéré auprès de la faction du Lotus doré, vous pourrez vous y rendre et commencer à gravir les rangs chez les défenseurs de la Pandarie. Mais nous en reparlerons.

Et enfin, il y a une petite caverne située entre Tanglong et les terres de l’Angoisse qui n’est pas très importante du point de vue de l’histoire mais qui est un des endroits les plus cools de l’extension. Je parle du marais d’Ambre, un petit coin de la carte où les racines des arbres kypari s’enfoncent dans un marécage brumeux et créent une sorte de voûte vivante entourée de parois. Les racines s’enroulent autour de globules d’ambre, et des lutins des bois facétieux s’ébattent dans le brouillard. Le tableau complet est assez fascinant, c’est l’une de ces merveilles cachées que vous trouverez un peu partout en Pandarie.

    

Q : Tu as mentionné que les joueurs peuvent aider les Pandashan et les Astres vénérables ? Comment ces quêtes marchent-elles ?

R : Ah oui ! Les quatre Astres vénérables de Pandarie ont besoin de votre aide, mais jamais tous en même temps. Des fois vous aiderez le Tigre blanc sur le sommet de Kun-Lai, d’autres fois c’est au temple du Serpent de jade que vous prêterez main-forte… Ici, dans Tanglong, le Buffle noir aura à son tour besoin d’un coup de main. Certains jours, il se reposera paisiblement au temple pendant que vous accomplirez des missions aux alentours. Mais d’autres, il sera sur le sentier de la guerre pour défendre lui-même son temple d’un assaut mantide. Si vous êtes malin, vous attirerez les mantides à portée de sa rage et il vous aidera à les massacrer par dizaines. Pour les quêtes quotidiennes en Pandarie, nous avons vraiment essayé de tout mélanger, alors vous ne ferez jamais la même chose deux jours de suite.

Et c’est le cas aussi avec les Pandashan. Une fois révéré auprès de la faction du Lotus doré dans le val de l’Éternel printemps, vous aurez fait vos preuves envers eux et vous pourrez commencer à accomplir des quêtes quotidiennes et à gravir les rangs de l’ordre. La faction pandashan comporte trois branches, orientées vers la furtivité, la force ou la magie. Chaque jour vous travaillerez dans l’une de ces trois disciplines et vous pourrez choisir un compagnon pour vous aider.

Avec cette extension, l’un de nos buts était que le fait d’améliorer sa réputation auprès d’une faction représente plus que juste regarder une barre avancer dans le bas de votre écran. Dans le cas des Pandashan, il y a plusieurs éléments. D’abord, il y a une histoire qui se dévoile lorsque vous enquêtez sur ce que font les mogu sur l’île de Dao Shan’ze, puis en arrivez à faire échouer leur plan.

    

Ensuite, en gagnant en réputation auprès des Pandashan, vous pourrez débloquer de nouveaux compagnons qui se joindront à vous dans vos quêtes quotidiennes. Par exemple, les jours où la quête requiert un lanceur de sorts, allez-vous choisir Fei Li le Pétard, impétueux mage Feu ? Ou Yalia Sage Murmure, l’impassible mais sévère prêtresse, pour profiter de ses sorts bénéfiques et de ses soins ? Vous devez mériter l’aide de chaque nouveau compagnon pandashan en le battant en combat singulier. (Et c’est plus facile à dire qu’à faire : pendant la bêta, Fleur des Neiges la mage Givre me collait de véritables RACLÉES.)

Les compagnons pandashan sont développés pour activement vous aider. Le protecteur Yi usera de ses techniques pour tenir l’aggro, tandis que Fleur des Neiges s’efforcera de contrôler de grands groupes d’ennemis avec sa Nova de givre. Les quêtes quotidiennes pandashan se déroulent dans certains des endroits les plus dangereux de la Pandarie, et cette aide sera donc la bienvenue, même s’il est bien sûr possible de les accomplir en solo si vous recherchez le défi. C’était un autre de nos buts dans la conception de l’extension : nous voulons donner aux joueurs de nombreux moyens de choisir leur niveau de difficulté en jouant !

Les joueurs qui passent exaltés auprès des Pandashan deviendront membres à part entière de l’ordre (et il y a de jolis casques transmogrifiables à récupérer au passage). Si vous êtes vraiment zélé, vous pouvez aussi acquérir le titre de maître-pandashan en accomplissant tous les hauts faits associés – mais pour ce privilège, il faudra vaincre le sha de la colère, un boss extérieur du sommet de Kun-Lai, et triompher d’autres défis tout aussi ardus. Pas facile, mais le jeu en vaut la chandelle !


La prochaine fois, nous nous aventurerons dans les terres de l’Angoisse, le terrifiant pays de l’empire mantide

Vidéo :

Screenshots :

Vallée de l'Eternel Printemps (Niv 90)

La vallée de l’Éternel printemps (Niveau 90) (Source)

L’antique siège de l’empire pandaren est resté caché pendant des générations, voilé de brumes arcaniques et protégé par des montagnes infranchissables. On prête aux eaux de la vallée des pouvoirs mystiques... ce qui a attiré l’attention d’anciens ennemis ainsi que de factions avides de puissance issues de l’Alliance et la Horde. Quels secrets peuvent bien être enfouis sous cette source mystique de puissance ?

Screenshots :

Les créatures :

  • Jinyu : des hommes poissons
  • Hozu: des monstres qui ressemblent aux Troggs.
  • Verming : les nouveaux Kobolds de World of Warcraft. Une sorte de lapin maléfique…
  • Mantid : ces insectes géants peuplent de nombreux donjons et raids de Mists of Pandaria.
  • Mogu : une ancienne race de la Pandarie. Ils ressemblent aux Orcs et peuplent également les donjons de Mists of Pandaria.
  • Sha : des manifestations de l’énergie maléfique. Ils sont très dangereux et très puissants. Il se pourrait bien que certains d’entre eux soient des boss de raid !

Merci pour Mamytwink pour certaines informations.

Réagir à cet article

Commentez anonymement :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Créer un Avatar :

Obtenir mon avatar par gravatar


Votre message :

Markup Controls